nos poésies

 

Le renard et le corbeau

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur
alléché  ,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre
ramage  
Se rapporte   à votre plumage,
Vous êtes le
Phénix   des hôtes   de ces bois.
À ces mots, le Corbeau
ne se sent pas de joie   ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa
proie  .
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux
dépens   de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.
Le Corbeau honteux et
confus  
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

                 Jean de La Fontaine

 

 

Le nid sous les roses

J’ai trouvé la plus belle chose

            De ce printemps :

Un nid caché sous une rose,

            Quatre œufs dedans !

Quel joli nid ! boule de mousse

            Où l’oiselet

A mis son crin, la laine douce ;

            Quel nid douillet !

Les œufs bleutés, perles fragiles,

            Sont tous au fond

Et les pinsons, pressés, agiles

            Viennent et vont

Pour garder sous les fleurs écloses

            Le nid joli,

Je ne cueillerai pas mes roses

            Ce printemps-ci      

                                           de Annaïck le Léana

 

 

 

Les hiboux   de Robert Desnos

Ce sont les mères des hiboux

Qui désiraient chercher les poux

De leurs enfants, leurs petits choux

En les tenant sur les genoux.

 

Leurs yeux d’or valent des bijoux,

Leur bec est dur comme des cailloux,

Ils sont doux comme des joujoux,

Mais aux hiboux point de genoux.

 

Votre histoire se passait où ?

Chez les Zoulous ? Les Andalous ?

Ou dans une cabane de bambous ?

 

Hou ! hou !

C’était chez les fous.

 

 

La cigale et la fourmi

La Cigale, ayant chanté
Tout l'Été,
Se trouva
fort   dépourvue 
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de
vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour
subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'
Oût, foi d'animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n'est pas prêteuse ;
C'est là son
moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour
à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez ? j'en suis fort
aise.
Eh bien !dansez maintenant. »

                  Jean de La fontaine